REVUE N° 85
Le Plateau de Diesse

Le Plateau de Diesse est ce petit bijou lové entre Chasseral et le lac de Bienne. L'homme de Néandertal, disparu vers 28 000 av. J.C., y récoltait déjà du silex. Autant dire que cette région n'est pas appréciée depuis hier seulement ! Le présent numéro en évoque différents aspects : l'histoire avec notamment la présence des Celtes et des Romains, la géologie avec l'exploitation des richesses du sous-sol, et la nature avec la présence si particulière des aulnes. Et si l'on parlait encore du projet de chemin de fer qui devait relier La Neuveville à Nods en passant par Lignières ?

     
NUMÉRO ÉPUISÉ ACHETER CHF 14.00(format pdf)
 
     
  • Sommaire
  • Impressum
Alain Perrenoud Préface
Marie-Isabelle Cattin Traces du passé sur le Plateau de Diesse
Christian Bugnon L’utilisation des richesses du sous-sol
Alain Perrenoud Projets de trains entre l’Entre-deux-Lacs et le Plateau de Diesse
Alain Perrenoud Histoire de la poste de Prêles
Eric Grossenbacher Les aulnaies noires du Plateau de Diesse
Fabien Vogelsperger Parc régional Chasseral, des effets concrets pour le Plateau de Diesse
Valérie Thiébaut Des débroussailleurs hors pair
Vincent Pierre-Emil Blum L’ancienne forge de Nods
Walter Wermuth Une course de Vélosolex sur le Plateau de Diesse?
Format 170 x 250 mm
Nombre de pages 96
Illustrations Nombreuses illustrations N/B inédites
Conception graphique Hot’s Design Communication SA, Bienne
Impression Ediprim SA, Bienne
©Intervalles
N° 85  Le Plateau de Diesse
Titre
Auteur
texte
Préface
Alain Perrenoud
Le Plateau de Diesse? Un petit bijou lové entre le lac de Bienne, le sommet de Chasseral et celui du Mont-Sujet, le Val-de-Ruz et le vallon d’Orvin.
La Montagne de Diesse, comme on l’appelait autrefois, brille de ses multiples facettes.
Fidèle à sa tradition de vous faire visiter les régions du Jura bernois, Intervalles vous convie à découvrir quelques-unes des richesses du Plateau de Diesse.
L’histoire de notre région est riche de nombreux vestiges. Plusieurs peuplades ont passé ou même vécu sur le Plateau de Diesse. A la lecture de fouilles effectuées à Lignières, une archéologue nous entraîne à la découverte d’un pan de notre passé.


Traces du passé sur le Plateau de Diesse
Marie-Isabelle Cattin
Le passé du Plateau de Diesse est mal connu et pourtant, ce dernier a été fréquenté depuis fort longtemps. Les hommes de Néandertal qui vivaient dans nos régions au Paléolithique moyen, il y a environ 120’000 ans, sont les premiers à nous apporter une preuve de leur passage. En effet, sur un de leurs campements situé à Alle en Ajoie, on a recueilli plusieurs objets réalisés dans un silex qui a été récolté sur les contreforts sud du Chasseral, à Pierrefeu, non loin de la métairie du même nom. Aucun campement de cette période n’est cependant attesté près du gîte de silex (endroit où le silex affleure) de Pierrefeu, mais s’il y en avait eu, ils ont dû être détruits par le passage du glacier entre -25’000 et -18’000.
Il y a 15’000 ans, après le retrait du glacier de la chaîne du Jura, ce gîte a été à nouveau fréquenté, comme en témoigne une lame réalisée dans du silex de Pierrefeu recueillie sur le campement magdalénien de Monruz, au bord du lac de Neuchâtel (le Magdalénien est une culture du Paléolithique supérieur comprise entre 17’000 et 12’500 av. J.-C. qui doit son nom au site de la Madeleine en Dordogne (France)). Comme les hommes de Néandertal, les chasseurs nomades magdaléniens ont parcouru le Plateau de Diesse pour s’approvisionner en silex sur le gîte de Pierrefeu.


L’utilisation des richesses du sous-sol
Christian Bugnon
Avant l’avènement des échanges commerciaux à large échelle, les habitants ont su exploiter de manière intelligente les ressources situées à proximité immédiate de leurs lieux de vie.
Voyons, après un rappel de quelques notions géologiques de base, comment les gens du Plateau de Diesse ont su tirer parti de l’eau, de la tourbe et des différents types de roches.
La chaîne du Jura est constituée de roches ayant une origine qui remonte à environ 240 millions d’années. A cette époque, au Mésozoïque, se trouvait à l’emplacement du Jura actuel une mer tropicale peu profonde, divisée en bassins et en hauts-fonds aux reliefs peu accidentés. Le sous-sol de cette mer était constitué d’un ensemble de roches beaucoup plus anciennes, appelé socle. Depuis ce temps-là, se sont déposés environ 1500 mètres d’épaisseur de sédiments qui ont par la suite donné les roches que l’on trouve actuellement dans le Jura. Il s’agit principalement des trois types de roches suivants: calcaires, marnes et grès.


Projets de trains entre l’Entre-deux-Lacs et le Plateau de Diesse
Alain Perrenoud
Au début du 20e siècle, les transports sur rails ont le vent en poupe! Nous pouvons citer par exemple l’ouverture des lignes Vaumarcus – La Neuveville (35 km) le 7 novembre 1859, La Neuveville – Bienne (14 km) le 3 décembre 1860, ainsi que Neuchâtel – Berne le 1er juillet 1901. Les funiculaires ne sont pas en reste, avec l’inauguration des lignes La Coudre – Chaumont en 1910 et Gléresse – Prêles en 1912.
Des visionnaires ont eu l’idée de relier le pied du Jura, plus exactement La Neuveville et la Montagne de Diesse, comme elle se nommait auparavant, par un chemin de fer électrique à voie métrique (largeur entre deux rails: 1 m).

Histoire de la poste de Prêles
Alain Perrenoud
1838-2009: près de 170 ans d’histoire d’une poste villageoise. Cette saga commence le premier jour de l’an 1838. Comme fil rouge de cette longue histoire, promenons-nous sur les six lieux qui ont abrité les services postaux de Prêles, au gré des différents buralistes postaux.
Le dépôt postal de la Route de Lamboing 3 était situé dans la première ferme à droite, le long de la route Lamboing-Prêles. C’était un simple guichet où se faisaient les diverses transactions postales.
Ce dépôt a été tenu successivement par Jean-Jacques Giauque (1er janvier 1838 au 31 mars 1858), repris par Théophile Constant Giauque, jusqu’au 30 octobre. Enfin, un 3ème Giauque, Frédéric-Auguste, a été titulaire du guichet du 15 novembre 1897 à fin 1899 (la date exacte n’est pas connue).


Les aulnaies noires du Plateau de Diesse
Eric Grossenbacher
A l’époque de la glaciation de Würm (115'000 - 10’000 ans avant J.-C.), le glacier du Rhône, après avoir donné une touche finale au lit des futurs lacs Léman, Neuchâtel, Morat et Bienne, entre autres, s’étendit jusqu’à Wangen an der Aare (9 km à l’est de Soleure) dans sa plus grande expansion vers l’est sur le Plateau suisse. La moraine frontale du glacier, ou ce qu’il en reste, est encore visible de nos jours. En effet, à cet endroit, l’autoroute descend avant de remonter pour franchir l’obstacle en direction d’Oensingen.
Sur son flanc gauche, le glacier du Rhône est venu lécher le pied de Chasseral, soit le Plateau de Diesse, pour atteindre l’altitude d’environ 1100 m, juste au-dessus de Nods. Le sommet de Chasseral, à l’époque de Würm, était libre de glace: c’était un nunatak (mot du Groenland: saillie rocheuse laissée à découvert par la masse de glace). Le Plateau de Diesse doit au glacier du Rhône sa configuration actuelle.


Parc régional Chasseral, des effets concrets pour le Plateau de Diesse
Fabien Vogelsperger
Un parc naturel régional est une nouvelle notion en Suisse, les bases légales datant de 2006. Le concept est novateur et ambitieux: développer la région en valorisant son patrimoine naturel, bâti et culturel! On est bien loin de l’idée d’interdictions et de mise sous cloche que le mot «Parc» suscite chez certains.
Un parc naturel régional est un outil de développement axé sur la mise en valeur du patrimoine régional et respectueux de l’environnement. Cette notion a bien été comprise par les législatifs des 29 communes qui se sont engagées à faire partie du Parc régional Chasseral pour une première période allant jusqu’à fin 2020. Pourtant, les premières réflexions autour de la création d’un parc naturel régional datent de 1998. Cette longue période a été nécessaire pour convaincre, rassembler, développer et aboutir à des premiers résultats.


Des débroussailleurs hors pair
Valérie Thiébaut
Sur le versant sud de Chasseral, à mi-chemin entre le Plateau de Diesse et les crêtes, en bordure du Parc régional Chasseral, existe une petite exploitation originale, celle de l’éleveuse Valérie Thiébaut.
Au lieu-dit la «Jeure du Bas», cette femme pleine d’entrain élève une trentaine de moutons de la race «Nez Noir du Valais». Diversification et entretien du paysage obligent, ces moutons jouent un rôle bienvenu dans le contexte agricole d’aujourd’hui.
L’occasion nous est donnée de poser quelques questions à Valérie Thiébaut, qui a bien voulu nous ouvrir les portes de sa ferme.


L’ancienne forge de Nods
Vincent Pierre-Emil Blum
Les forges étaient un lieu essentiel de l’économie locale: fers à cheval, haches, clous, bêches, autant d’outils du quotidien qui étaient fabriqués par les artisans locaux.
Aujourd’hui, grâce à la persévérance et l’amour de la belle ouvrage, certaines forges renaissent de leurs cendres.
C’est grâce à un passionné de cet art, en la personne de Vincent Pierre-Emil Blum, de Bienne, que la forge de Nods a été remise à l’honneur.
Nous avons eu le plaisir d’être accueillis par M. Blum, qui nous a ouvert la porte de ce lieu plein de charme.


Une course de Vélosolex sur le Plateau de Diesse?
Walter Wermuth

Oui, une course de Solex… simplement pour le plaisir!
C'est l'idée de base qui a conduit une équipe de copains, sous l'égide de Matthias Gerber, il y a 4 ans, à organiser la première course de Solex sur le Plateau de Diesse. Inspirés par des courses du même genre en France, ces enthousiastes ont voulu en faire de même. En plus d'une sortie annuelle, ils voulaient aussi se confronter, durant une épreuve à tous ceux qui «préparent» et soignent leur engin durant leurs loisirs. Il s'agissait de rassembler tous les adeptes autour du culte du Solex.
Cette première édition, en 2005, s'est déroulée en même temps que la fête du village, sur des chemins de campagne en contrebas du village de Diesse.


Formats numériques disponibles pour cette revue:

 

 
     
     
EPUB (acronyme de « electronic publication » ou « publication électronique »)
est un format ouvert standardisé pour les livres numériques. EPUB est conçu pour faciliter la mise en page du contenu, le texte affiché étant ajusté pour le type d'appareil de lecture.